Soutien à notre camarade rennais violemment frappé lors de la manifestation du 31

Une vidéo circule sur internet et montre parfaitement bien qu’un militant rennais de Sud Santé Sociaux 35 a été matraqué à plusieurs reprises alors même qu’il était à terre. Ces actes, qui se rajoutent à plusieurs dérapages observés au niveau national, posent de nombreuses questions quant à l’encadrement des forces de l’ordre. Il serait insupportable que notre camarade soit poursuivi pour avoir, comme des centaines de milliers d’autres salariés, manifesté pour l’abrogation d’une loi de destruction du Code du travail. Sud Santé Sociaux du Finistère l’assure de toute sa solidarité.

Voici le communiqué diffusé par le secrétaire départemental du 35 :

Un militant SUD santé Sociaux de Rennes a été violenté physiquement à la suite d’une charge de CRS, rue Jean Jaurès à Rennes le Jeudi 31 Mars 2016 vers 14h00. La charge des policiers a été filmée. On y voit notre camarade se faire violenter gratuitement par les CRS alors qu’il se trouve au sol. Il était identifiable comme militant syndical puisqu’il tenait un drapeau SUD Santé Sociaux !

Ce militant est tombé en arrière le long d’une voiture, la visibilité étant limité par les épais nuages de gaz. A la seconde 15, entouré par un cercle rouge, puis avec le zoom à la seconde 23, il reçoit au moins 5 coups de pieds et matraque. Il s’agit d’une personne convaincue, déterminée et pacifique. Son casier judiciaire est vierge.

Il n’a commis aucun acte répréhensible si ce n’est d’être dans le cortège qui réclamait de pouvoir accéder au Parlement dans le cadre de l’appel aux Nuits Debout.

Devant la violence gratuite initiée par deux CRS, le syndicat départemental Sud Santé sociaux d’Ille et Vilaine réaffirme le caractère disproportionné et dangereux de ces actes de répression policière.

La vidéo réalisée traduit le manque de discernement de ces policiers alors même que ce militant syndical n’aspirait qu’à défendre ses valeurs et ses idéaux.

Si l’état d’urgence a été décrété dans notre pays, il n’autorise pas des gardes mobiles à frapper un homme à terre sans défense pour leur bon plaisir !

Raison pour laquelle, le syndicat départemental Sud Santé Sociaux 35 demande au préfet de région, à la Maire de rennes, aux policiers concernés de ne pas recourir à la violence pour la violence !

Le syndicat SUD SANTE SOCIAUX 35 sollicite des explications officielles écrites sur ces comportements relevant d’un conseil de discipline pour les policiers concernés des autorités compétentes !

Sinon, notre pays n’est plus une démocratie mais un état policier et violent !

Eric ADAM
Secrétaire Départemental
SUDSANTE SOCIAUX 35
0614021406

Publié le 2 avril 2016
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

titi